Rencontre «Un chantier nommé désir»

Publié par Lise-Marie 18 novembre 2017

La rencontre « Un chantier nommé désir », proposée par îlink association, s’est ouverte le 17 décembre 2014 sur le Parc des Chantiers à Nantes. Les discussions des intervenants ont permis d’aborder les notions de vie de quartier et d’usages dans le temps du chantier.

Illustration de l'article : Rencontre «Un chantier nommé désir»

Suite au bistro-débat de mai dernier consacré à la place de l’usage dans la fabrique de la ville, îlink association a souhaité mettre en place un nouveau temps d’échanges autour de la thématique du chantier. Cette rencontre s’inscrit dans la démarche de réflexion de l’association pour révéler le chantier du futur quartier îlink, marquée par l’organisation de plusieurs ateliers créatifs et réunions du collectif dédié. Ce travail a permis l’élaboration d’un programme de révélation de chantier.


Dans le cadre chaleureux du chapiteau de la compagnie Cheptel Aléïkoum, installé sur le Parc des Chantiers, une cinquantaine de personnes ont pu assister aux présentations des intervenants, avant de participer à un temps de débat. Tout au long de la rencontre, Julie Boiveau, facilitatrice graphique, a illustré les idées et les enjeux évoqués sur une grande fresque.

 

Différents acteurs de la fabrique de la ville ont pu expliquer leurs métiers et leurs projets : Tibo Labat, architecte travaillant sur la démarche HQAC (Haute Qualité Artistique et Culturelle), Alain Tenoux, directeur de SOGEA Atlantique, Chloé Bodart, architecte au sein de l’agence Construire, et enfin Sylvain Lepainteur, créateur de la Conciergerie Solidaire de l’éco-quartier Ginko à Bordeaux. La rencontre a été animée par Olivier Caro, spécialiste des problématiques culturelles qui a travaillé en tant que maître d’ouvrage du projet urbain de l’île de Nantes.

 

En croisant leurs expériences, plusieurs points communs se sont dégagés. Le chantier est considéré comme un lieu de vie, d’expérimentation et de rencontres, qu’il est nécessaire de faire dialoguer avec le reste de la ville. Construire est un acte politique, culturel et social. Il s’agit de trouver les moyens de dépasser et de contourner les contraintes engendrées par la construction, en favorisant de nouveaux usages, tout en préservant la sécurité. Ces nouvelles pratiques font apparaître de nouveaux métiers transversaux, faisant le lien entre les différents professionnels et usagers.